Dent Nature

Dent Nature
Article de Presse

Voici un article de journal paru dans le Journal du Dentiste" en novembre 2007

Dentisterie holistique, soigner autrement est possible

Après 15 années de dentisterie, notre consoeur Andrée Vandenborre a réorienté sa pratique vers les techniques naturelles. Homéopathie, nutrothérapie, aromathérapie, autant de pistes pour répondre autrement et parfois plus efficacement aux pathologies bucco-dentaires.
Aujourd’hui, à force de formation, d’expérience et d’ouverture vers d’autres horizons, son cabinet affiche la mention de dentisterie holistique. Il n’en fallait pas plus pour que nous partions à la rencontre de cet univers atypique.

Au cours des dernières années, les notions de médecines douces, holistiques et alternatives ont trouvé leur place dans le panel des spécialités thérapeutiques. Sur fond de dégradation environnementale ponctuée de crises et scandales répétés vécus comme autant d’atteintes irréversibles à la planète, l’homme est en quête d’un bien-être sans effet secondaire. Cette croisade ou plutôt cette « reconquista », poussée par la prise de conscience actuelle tend les individus à s’intéresser aux valeurs perdues ou aux pistes encore inexplorées mais empruntées au naturel. Cette tendance plus qu’une mode est devenue un objectif de vie pour beaucoup.
Les thérapeutes holistiques définissent leur spécialité par une approche globale où le patient est considéré comme un tout, plutôt que comme un ensemble de sous-systèmes. De manière encore plus large, l’individu (le patient) est lui-même intégré dans des systèmes plus vastes comme la famille, la lignée ancestrale et la société qui influencent son organisme. Les interactions entre différents pathologies bucco-dentaires et l’organisme sont d’ailleurs clairement définies.

Métaux lourds et mercure

Andrée Vandenborre a, comme chacun de nous, suivit les cours de dentisterie avec son florilège de techniques et son impressionnant arsenal thérapeutique. Son intérêt pour les méthodes parallèles débute suite à une expérience personnelle. Sans connaître sa profession, un toxicologue lui dépiste une allergie au mercure et métaux lourds. Migraineuse de longue date, elle se fait enlever deux amalgames. Les migraines disparaissent. Il n’en faut pas plus plus pour s’interpeller sur d’autres cas déjà rencontrés à son cabinet. L’allergie au métaux lourds et au mercure n’est si rare mais souvent ignorée. Le test MELISA permet de mettre en évidence de cette affection. En cas de résultat positif au mercure, la dépose des amalgames dentaires est conseillée mais sous précautions : digue et aspiration. On connaît les symptômes d’allergie au mercure : vertiges, acouphènes, insomnie.
« Certains pourraient considérer que l’holisme est une réaction d’opposition dans le seul but d’exister », précise Andrée Vandenborre. « Je considère que les thérapies alternatives apportent un plus réel mais ne doivent pas supplanter des techniques ayant fait leur preuves depuis des années. Les pratiques holistiques exclusives sont à proscrire, j’ai recours constamment à la dentisterie conventionnelle qui est très performante, je ne refuse rien et je suis ouverte à toutes les méthodes ».
Réduire la dentisterie holistique à la dépose systématique des amalgames dentaires est réductrice d’autant que nous ne savons pas ce que nous réserve l’avenir sur les produits d’obturation modernes. Simplement, il existe d ‘autres moyens pour pouvoir régler certains problèmes. L’autre effet des métaux qui peut s’avérer nocif en bouche est le courant galvanique ou l’ « effet de pile ». Pourtant faciles à diagnostiquer, les courants électriques peuvent être responsables de douleurs inexpliquées. Ceux-ci sont mesurables à l’aide d’un simple voltmètre. Un amalgame générant un courant supérieur à 120 mV est potentiellement nocif.
Pour capter les vibrations de mercure dans l’organisme, la kinésiologie peut également apporter des éléments. Pour étayer ses convictions, Andrée Vandenborre cite plusieurs exemples interpellants : l’oxydation systématique d’une boucle d’oreille du côté d’un amalgame générant un courant important, les douleurs résiduelles sur une dent dépulpée liée à une particule d’amalgame laissée sous l’obturation, une douleur dentaire sur une dent obturée à l’amalgame renforcée depuis le port d’une alliance, … « Bien sûr tous les amalgames ne sont pas nocifs loin de là », précise Andrée Vandenborre. « Mais lorsque certaines dents réagissent de manière atypique, il faut se poser la question . Pour chaque patient, il y a un seuil à atteindre et un phénomène d’accumulation s’installe avec le temps ».

L’aromathérapie est aussi une alternative à certains traitements. L’utilisation des huiles essentielles est concluante. « J’applique d’ailleurs certaines recettes enseignées par Pascal Eppe, qui organise régulièrement des cours en Belgique sur la dentisterie naturelle.».Celles-ci peuvent intervenir en endodontie et en paro. L’huile essentielle d’orange dissout bien la gutta percha, le teatree est une préparation efficace pour les infections, ..

La médecine nutritionnelle, née au milieu des années 80 est en constante expansion. Son utilisation en dentaire peut jouer un rôle important dans la prévention et l’élimination de certaines maladies bucco-dentaires: polycaries, infections, parodontite, aphtes, problèmes d’ATM, .. L’importance d’un régime équilibré pour la santé générale est pas incontestable. Cependant, chacun a un capital génétique qui détermine sa réaction propre face aux différents polluants alimentaires chimiques. D’autre part, on parle beaucoup des Omega 3 et 6 mais comment les utiliser ? On peut analyser au cabinet dentaire le terrain bionutritionnel des patients et de savoir ainsi quel seraient les compléments alimentaires biologiques nécessaires pour répondre à certaines affections. On sait qu’à dose adéquate, les nutriments spécifiques réduisent le cholestérol, diminuent la tension, améliorent l’immunité, diminuent le risque de cancer, ralentissent le processus de vieillissement (y compris du parodonte), …
La dentisterie holistique ne se limite pas qu’aux soins, nous avons déjà parler de prévention mais cette discipline englobe aussi une atmosphère du cabinet dentaire favorable à une relation personnalisée avec le patient. Dans cette relation de confiance, la patient qui le souhaite peut essayer de comprendre le message que ses pathologies et ses douleurs lui font parvenir. Une dent n’est pas un corps minéral inerte mais est en quelque sorte le disque dur de notre âme. Emanations directes de l’inconscient les dents expriment parfois la vérité de notre ressenti la démarche proposée est d’aller chez le dentiste dans un esprit de réconciliation avec soi-même. Allier soin et prise de conscience donne à l’acte dentaire une autre dimension. Cette démarche amène au décodage dentaire.


Nouvelle orientation de la pratique

Toutes ces expériences ont conduit Andrée Vandenborre à réorienter sa pratique. Depuis, la demande des patients informés par le bouche à oreille ne cesse de grandir, satisfaits d’obtenir une autre écoute à leurs problèmes ou de découvrir une autre approche pour les soins dont ils ont besoin. Malgré cela, les techniques conventionnelles restent d’application au cabinet. Certains patients ne souhaitent pas modifier leur type de soins ou n’en n’ont tout simplement pas besoin. Certaines évidences ont permis à cette consoeur d’approcher un autre aspect des soins bucco-dentaires qui restent pour elle entièrement complémentaire à la dentisterie conventionnelle tout en portant une grande attention à la relaxation et la pensée positive. Cependant, il est nécessaire d’accepter que l’on n’explique pas tout et qu’il existe d’autres voies thérapeutiques: on ne voit que ce qu’on cherche et on cherche que ce que l’on connaît.

Didier Pansaers